Diplômé, ingénieur mais chômeur ! Alors ?


Être parmi les 25% premiers sur le plan national au bac, puis parmi au moins les 50% premiers dans le concours national pour l’entrée aux écoles d’ingénieurs, et survivre ses 3 ans pour passer au chômage ?! Un peu dur à avaler !

Je comprends bien ce que vous ressentez. Cependant, vous êtes victimes du “système” et de vos convictions personnelles :

  •  la société et le système éducatif tunisien font qu’ils nous habituent à faire les choix à notre place : au secondaire, la section “lettres” est pour les losers, les premiers font la médecine, la pharmacie ou la prépa-ingénieur, après on fait, par exemple, l’informatique pour travailler tôt, car “on ne chôme pas en informatique”. Et voilà, on voit 2000 ingénieurs informatique diplômés chaque année pour à peine 800 postes de travail, la moitié pour un salaire ne dépassant pas les 900d. Deux conseils donc : méritons nos diplômes, et sachons que l’état en 2013 ne garantit plus un travail, c’est à nous de creuser !
  • être borné et ne croire qu’en un seul chemin professionnel pose un grand problème, parce que en cas de chômage, nous ne sommes pas prêts à changer vers un autre chemin. Durant les 5 dernières années, nous n’avons vu qu’une seule carrière et un seul chemin : un ingénieur dans une société avec un bon salaire. C’est difficile de quitter la “matrix”. Mais voilà, il y a plusieurs (y compris moi) qui ont quitté “le domaine” pour aller exercer un job en Droit international, Commerce International, RH… Il est toujours attirant un profil polyvalent avec un background technique, et surtout ils sont toujours les métiers cherchés par les ingénieurs durant les 10 dernières années d’activité professionnelle. Il y a même ceux qui ont eu confiance en eux, et aller améliorer leur niveau pour travailler en freelance, et ils touchent à plus de 20k TND par an !

Voilà, s’il n y a pas de “travail ordinaire”, on peut trouver plusieurs chemins, sinon on pourra faire un master pro en finance, économie, e-commerce, management spécialisé… Les issus des écoles d’ingénieur ne sont pas tous faits pour bosser en tant qu’ingénieurs dans les spécialités sur lesquels ils étaient formés ! Traçons d’autres chemins dans nos vies autre que celui pour lequel nous étions formés !

Et si on passe plusieurs entretiens et on n’est pas pris, c’est qu’il faut améliorer notre niveau par des auto-formations et formations techniques et en communication (non seulement les langues) : les recruteurs cherchent des débutants, et non des faibles !

Dans un prochain article, je parlerai de quelques astuces pour améliorer nos chances pour avoir un emploi. (abonnez-vous à mon blog pour recevoir l’article directement sur votre email).

Je vous souhaite une bonne chance !

Abonnez-vous sur mon blog (voir à droite) pour recevoir mes prochains articles sur les ingénieurs directement sur vos emails !

Advertisements

14 comments on “Diplômé, ingénieur mais chômeur ! Alors ?

  1. J’ai mis 5 étoiles parce que tout simplement j’ai aimé la phrase “vous êtes victimes du “système” et de vos convictions personnelles”.
    Et bien malheureusement un grand nombre de jeunes diplômés y compris moi même d’ailleurs croient qu’en se distinguant des résultats et les moyennes (bac puis concour puis autre) fait que forcément on aura un poste mais aussi au plus tôt. Mais en effet ça je l’avais compris depuis. Ce n’est pas que celà qui distingue un candidat lors de la recherche d’emploi… L’autoformation est toujours continue. La recherche du profil devient de plus en plus clair avec nos penchées vers tel ou tel techno, nos réalisations, nos motivations, savoir faire et savoir présenter etc.. Tous ça entre en jeux.

  2. Bien dit Farouk, le problème c’est ceux qui sont habitué à la résolution des différents problèmes ne prennent pas du recul pour résoudre leurs problèmes. A mon avis, il faut que les ingénieurs prennent le risque et ouvrent leurs propres entreprises. Espérant qu’on oubli l’esprit “prepa” et qu’on s’entraide pour le bien de tout le monde.

  3. j’ ai bien aimée votre article Monsieur, mais faire des formations ou faire un master en une autre spécialiste ce n’est pas à la portée de tout le monde par ce que, comme vous le savez, ça demande de l’ argent et il y a une famille derrière ce jeune ingénieur qui attend son premier salaire et qui ne peut plus payer pour lui quoi que se soit j espéré que vous prenez ça en considération lors de votre prochain article

    • Merci pour votre réaction, Meriem.
      Il y a des cours en ligne (mooc) qui viennent des grandes école en Europe ou aux US, vous pouvez suivre à distance ces cours et avoir des attestations. C’est gratuit. Et pour l’autoformation, on peut commencer par quelques projets chez nous, surtout si on est des informaticiens.

      Cordialement.

  4. j’ai bien apprécié l’article, ton analyse et ta vision critique des choses.

    c’est dur de se poser la question ‘ que voudrai je faire de mon avenir?’ après quatre ou cinq années. On trouve qu’on a mit bcp de temps pour penser à ce que l’on veut et l’on peut faire et pas à ce que nous a déjà définit le système.

    C’est difficile de changer le chemin après tant d’années mais c’est courageux comme même.
    Enfin, mieux vaut tard que jamais.

    Concernant l’autoformation, j’approuve totalement, et malheureusement c’est ce qui manque aux étudiants de la plupart des instituts et écoles.

    • Bonjour Madame,

      Pour moi c’était difficile de faire un choix. La question que je me suis posée : que voulais-je être au bac, et qu’est-ce que je veux être en 2018 ? La réponse m’était un peu floue, mais une chose est sûre, je veux faire partie de la direction d’une entreprise internationale, et je ne veux pas la vie d’informaticien au moyen terme. Et à partir de cela j’ai commencé mon aventure en management et business administration, mais en s’appuyant sur mon background technique. Chaque quelques mois, je me pose la question de nouveau, pourvu que ça m’aide.

      Pour les tunisiens, nous ne savons pas décider pour notre avenir. La société a fait qu’on ne veut plus prendre les risques. Déjà on investit trop d’années dans les études, n’importe quel choix en dehors de ce que nous “devrons” être est toujours considéré comme fou. Notre culture tunisienne est basée sur “e7med rabbi 5ir min ghirek”, “koul 5obza w oskot”, “e5dem 3and el 7akem”, “a3mel ki ghirek”. On y ajoute la tendance négativiste dans la société tunisienne qui essaie de démoraliser chaque porteur d’idée en lui de trouver 1000 façon pour lui dire que ce qu’il veut faire ne va pas avoir un résultat à la fin. On est des consommateurs par excellence, on est des esclaves du système par excellence.

      Enfin, merci pour votre réaction !

  5. L’Etat n’est pas et ne dois pas être systématiquement le garant du travail car l’entreprise est le seul organisme qui crée et garantit la richesse.
    Sinon, l’informatique n’est à mon avis plus un métier d’avenir, victime de son propre succès. A titre d’exemple, un informaticien de Télécom SudParis en 2002 touchait en moyenne 60K€ brut/an. Aujourd’hui on touche à peine un peu plus que la moitié car, vous l’avez bien compris, l’offre est bien supérieure à la demande.
    Sur cette même lignée, le concept des sociétés de service a également tué le métier en s’alignant sur des appels d’offres low cost qui font, de facto, dévaloriser l’ingénieur au profit de marges exorbitantes pour le client (souvent un constructeur dans l’industrie ou télécom). Le client ne répond qu’au plus offrant des prestataires de services.
    Revaloriser le métier imposerait-il donc un freinage à l’entreprenariat et le rappatriment des compétences chez le client ? Non plus ! reste à inventer la formule qui équilibre tout cet “ecosystème” où l’on est soit maitre soit bouseux.
    Tout comme toi, j’ai décidé de quitter ce métier et de me reconvertir.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s