Animer une communauté au service d’une cause politique ou d’une ONG


La politique est plus largement les causes défendues par les ONG se prêtent  des méthodes de community management particulières axées sur :

  • Le ciblage de communautés très spécifiques, susceptibles de relayer les messages.
  • La diffusion et l’explication d’idées auprès du plus grand nombre, pour sensibiliser de nouveaux publics.
  • La mise en place de collaborations avec d’autres entités proches (partis ou ONG) et des partenaires (médias, organisations, figures populaires).

Animer des communautés pour servir une cause implique d’être extrêmement transparent (car l’activité des organisations repose souvent sur les dons) et de participer activement aux conversations de la communauté, pour répondre le cas échéant à ses questions, communiquer, expliquer et défendre de nouvelles idées.

Au delà de ces tâches relativement classiques, de nouvelles apparaissent qui tentent d’impliquer plus directement et immédiatement le public.

La première consiste à assigner aux membres les plus actifs de la communauté des missions spécifiques et à transformer ainsi une partie de la communauté en un bataillon de militants formés et organisés. C’est ce qu’ont initié les démocrates américains, notamment Howard Dean et Joe Trippi, son manager de campagne, lors de la présidentielle en 2004. En axant  sa campagne autour des trois mots d’ordre d’autorité décentralisée, de leadership émergeant et de militant locaux investis de nouveaux pouvoirs, Howard Dean est parvenu à impliquer davantage sa base d’électeur, en mobilisant au-delà d’elle un électorat qui jusqu’alors n’avait pas le sentiment d’être entendu ni de pouvoir s’exprimer.

Dean and ObamaDepuis, la stratégie de Dean a fait école, reprise puis améliorée par d’autres démocrates, surtout Obama qui l’a ose au centre de sa campagne et élargie à d’autres domaines tels que la culture (des clips musicaux aux poster, la campagne Obama est sans doute celle qui aura suscité le plus de co-créations dans l’histoire des élections américaines). Au jour de son investiture, Obama disposait d’une base de 13 millions d’emails, avait reçu de l’argent de 2 millions de membres et d’une équipe de militants de 1.2 millions de personnes ayant formé plus de 20.000 personnes à l’organisation de communautés.

Le plus important sans doute dans l’approche d’Obama est la manitère dont sa gestion des communautés politiques s’inspire des principes démocratiques les plus élémentaires. A la fois promotrices et conceptrices du message politique qu’elles défendent, ces communautés ont le sentiment de partager à nouveau leurs idées et leur destin.

Référence :

1- ObeyGiant
2- Ryan Liza : “Battle plans: how Obama won”, The New Yorker, 17 novembre 2008

via Mathieu CHEREAU

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s