Animer une communauté autour d’une information ou des médias


Le community management au sein d’une chaîne de TV ou dans la presse papier est une exercice délicat. Cela implique d’être directement confronté au public, à ses réactions, prises à parties, commentaires – constructifs ou non. Avant l’avènement du web, les média avaient le monopôle de la parole. Ils sont aujourd’hui amenés à la partager, au jour le jour, avec un public réactif, parfois critique et militant. Les informations ont cela de délicat qu’elles se consomment dans l’instant et peuvent se répandre de manière virale. D’où la nécessité de rester vigilant et de participer à la parle qui entoure l’information, de laisser libre court aux réflexions tout en limitant autant que possible les écarts d’interprétation ou de parole.
Le community manager journaliste est à la fois garant d’intégrité de l’information mais aussi de la qualité de ce que la communauté produit autour de cette information. Cela implique de consacrer une part de temps importante à susciter, à modérer et éditorialiser les contenus produits par le public, qu’il s’agisse de commentaires ou articles envoyés (c’est le cas lorsque médias accueillent des “citizen reporters” ou invitent leurs lecteurs à prendre une part active dans la création du journal).
En France, des initiatives pointent le bout de leur nez dans la presse écrite avec par exemple Mediapart ou encore Rue 89 et l’Info à trois voix. Les journalistes écoutent davantage, sélectionnent les documents et éditorialisent les opinions. Dans un tout autre registre, des médias plus spécialisés comme SkyRock ont du tirer remarquablement partie des blogs en continuant, comme ils le faisant déjà sur leur radio, à donner largement la parole à leur public.

Le média d’opinion est par là revisitée. Les journalistes, dans ce cadre, sollicitent, distribuent et ordonnent la parole. Sur leurs médias, leurs comptes facebook ou twitter, ils s’improvisent community managers en interagissant avec une communauté qu’ils appréhendent peu à peu comme un prolongement d’eux-mêmes. Aux Etats-Unis, certains médias cont plus loin encore, à l’image de Current TV, qui ne diffuse que des programmes conçus par une large communauté de producteurs et réalisateurs.

CNN est également exemplaire dans son rapport à la communauté : appels à témoignages par le biais de ireport et à l’action par le biais d’impact. Dans ce contexte, CNN ne se contente plus de diffuser simplement l’information mais devient une chambre de résonance dans laquelle le public communique directement et devient le premier acteur de l’information.

CNN Impact

Le community management, dans ce cas, se trouve à mi-chemin entre le travail de journaliste (qui vérifie, produit et ordonne le contenu) et celui du médiateur dont la tâche est de rendre compte des réactions du public et de la position du journal par rapport à elles. Les médias étant aujourd’hui bien plus participatives, la médiation est revisitée par le community manager, qui fait ce travail au jour le jour de manière minutieuse et continue.

via Mathieu CHEREAU

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s