Les 10 commandements pour l’élève-ingénieur


(cet article était rédigé à l’occasion de la conférence de la société à la quelle je travaille à l’Ecole Nationale des Ingénieurs de Tunis (ENIT), et a été révisé par mon amie Safa El Kafsi)

Pour l’élève-ingénieur, une école ne doit en aucun cas représenter un autre ensemble de salles pour  des cours magistraux monotones, mais l’école doit constituer toute une vie à concevoir dans ses moindres détails : depuis le café matinal à la buvette, jusqu’aux  soirées avec les collègues.

Une école d’ingénieur est logiquement la dernière et la plus importante phase du cursus académique du futur ingénieur, et du coup, il y aura une continuité entre la vie de l’élève à l’école d’ingénieur et ses premiers pas dans la vie professionnelle.

La vie de l’étudiant ne cesse de subir des changements :  Après le lycée et le premier cycle, où l’élève  était torturé par la rivalité entre camarades de classe (préparatoire), et dont le passe-temps favori était les matchs de foot et les histoires de cœurs (les coups de foudre chaque 100 mètres, vous vous en souvenez ? ) l’étudiant apprend, au sein de l’école d’ingénieur  la notion de diversité en côtoyant des gens de différentes régions (à Tunis, dans une même classe de 30 élèves on trouve au moins 13 régions), il fréquentera des gens qui ont des mentalités plus modernistes ou plus conservatrices, des passe-temps différents (cinéma, séries manga, blogging, Belote, dance…), des gens de mentalité « Geek », des gens qui parlent de la politique, de la dernière séquence de Cyprien …. Et l’étudiant réagit face à ces nouvelles données de deux façons :

  • Positivement : en créant un réseau social constitué par des collègues partageants les mêmes activités, les mêmes goûts et les mêmes intérêts.
  • Négativement : en refusant cette nouvelle diversité dans son environnement et en se fermant sur soi (même en côtoyant des gens qui ont aussi réagi négativement)  pour protéger son mode de vie (une raison idéologique généralement) ou de crainte de ne pas réussir à avoir le changement (surtout pour les personnes qui se trouvent trop timides pour pouvoir avoir une conversation de jeunes qui peut être détourné à des vagues de moqueries indirectes par exemple).

Ainsi, l’école d’ingénieur non seulement présente un nouvel univers de coutumes, mais aussi, par l’interaction irrévocable  avec la psychologie de l’étudiant, elle envahit la vie de l’étudiant pour qu’il ait un choix de mode de vie avant la vie professionnelle, logiquement, qui est un choix pour toute une vie !

Or, l’ingénieur est une personne hautement qualifiée pour résoudre n’importe quel type de problème dans son domaine, même en ne maîtrisant les outils techniques les plus adéquats pour le faire. Ainsi, la rapidité, la réflexion, la sociabilité, l’esprit du groupe, la précision et l’optimisation sont des qualités qui différencient l’ingénieur de n’importe quel autre technicien (au sens large du mot).

Et l’élève ? Il lui faut trouver la recette magique pour arriver à se préparer avant la vie professionnelle, non seulement techniquement, mais aussi socialement, en apprenant à vivre aujourd’hui dans son école, comme demain au sein de l’entreprise qui l’embauchera !

  • L’élève doit être complètement libre d’exprimer ses opinions, mais en contrepartie, doit tolérer la différence des autres, qui peuvent parfois ne pas être d’accord avec lui.  Ainsi il doit savoir aussi se taire lorsque la discussion autours de sujets critiques (religion, politique, foot, idéologies,…) dégénère. Ceci lui permet de conserver le respect des autres et de garder un bon relationnel fondé sur l’échange des idées avec ceux qu’il côtoie les jours.  Il faut savoir que dans une entreprise TIC, pour avoir un poste managérial il faut s’imposer au niveau communications, relationnel, technique, multilinguistiques …
  • L’élève doit s’habituer à discuter de plusieurs sujets. Un informaticien pourrait dépasser sa faiblesse classique dans les sujets économiques ou juridiques. L’élève peut à tout moment évoquer un débat social pour dire son point de vue. Plusieurs associations (ONG) offrent ce genre de communication, il faut juste avoir la volonté de se diversifier et toucher à plusieurs domaines et non pas devenir un esclave de technologies.
  • L’élève doit être responsable vis-à-vis ses mini projets : ce sont son unique apprentissage pour exercer les qualités demandées d’un ingénieur telles que la précision, l’optimisation, la documentation du travail… Il lui faut faire sa part des projets professionnellement ! Il n’a pas le temps pour tout apprendre, donc il lui faut maîtriser les technologies à travers ses quelques stages et projets. Le nombre de technologies maîtrisées n’est pas important, parce que dans les TIC de nouvelles techniques ne cessent d’immerger, et l’ingénieur TIC apprendra à les manipuler à fur et à mesure. Par contre l’élève doit s’habituer à bien faire ce qui lui est demandé de faire : pour chaque projet on apprend une nouvelle technologie, on la maîtrise, on fait bien le projet, on rédige bien le rapport, et on passe au prochain.
  • L’élève doit faire évoluer ses compétences linguistique : l’information aujourd’hui se trouve sur X blogs, Y documentations officielles, Z discussions avec les collègues … L’anglais tout comme le français sont nécessaires pour avoir l’information. L’élève doit aussi s’habituer à documenter ce qu’il fait dans les projets, pourquoi pas écrire un tutoriel sur son blog ou commenter les autres blogs. Si l’élève désire un jour avoir une expérience ailleurs..  Les langues seront ses premiers outils et non ses compétences ! Ainsi, on peut s’inscrire à une des formations continues dans une langue au choix (AMIDEAST, British Council, Bourguiba School…)
  • L’élève doit s’activer dans les communautés technologiques en Tunisie, ainsi, il trouvera utile d’écrire un tutoriel ou de faire des tests sur une nouvelle version de logiciel, d’apprendre mieux une technologie en côtoyant des personnes qui sont techniquement plus fort que lui, mais en sachant que la communauté veut dire « avoir » et « donner » aussi… Aujourd’hui, pour chaque technologie on trouve une communauté, on n’a qu’à choisir ou faire des nouveaux amis qui vont le faire évoluer techniquement et socialement.. C’est ce qu’on attend d’un ingénieur !
  • L’élève doit être au courant des nouveautés du monde TIC , ainsi il devra apprendre à lire des magazines informatique, et l’adhésion à des associations internationales connues telles que l’IEEE seront un plus dans sa formation.
  • L’élève doit avoir la mentalité libérale, qu’il ne se cherche pas d‘excuses du genre « l’administration ne nous donne pas ce qu’on veut… », Il doit aller jusqu’au bout et se battre pour voir son idée d’activité, de projet,… aboutir. Cette mentalité est la base dans une qualité clé dans le métier d’ingénieur : l’autonomie !
  • Savoir se différencier de ses collègues, sachant que 9/10 des CVs de l’ENIT sont très semblables ! Pour vos PFAs, proposez d’autres sujets et d’autres technologies si celles-ci sont mieux que celles proposées, cette différence est primordiale pour un recruteur, et le futur ingénieur gardera ces aspects d’autonomie et de critique dans son premier travail.
  • Le domaine TIC n’est pas seulement le développement et les réseaux : Management, RH, Vente, Marketing, Administration, Project Management, Consulting, Enseignement, Recherche… Tous constituent un univers de jobs possibles : il faut que l’élève ait en tête que son métier est un peu de tous ces domaines.
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s